All pictures on this website © Caroline Juillard - 2019
Please don't use images without permission.

juillard.photo@gmail.com

Mon intérêt se porte sur la représentation de l’ordinaire, de l’intime et du minime à travers une photographie banale et anti-héroïque. L’envie de travailler sur la réalité qui m’est la plus familière avec un souci d’authenticité et un désir de collecter les images du monde qui m’entoure. Rien n’est préparé, rien n’est anticipé. Je ne cherche ni à conceptualiser ma démarche, ni à la rendre spectaculaire.
Mon regard est dépourvu de toute intention de changement de l’autre. Je souhaite suggérer la fragilité en travaillant sur l’immédiateté d’une mise en relation directe des affects.
Ce qui me semble important avant tout, c’est de faire surgir l’expérience du désir, de l’amour et de la douleur dans les relations intimes.

 caroline juillard confronte des lieux et des portraits. lieux en attente d'une présence, corps en absence. histoire de rendez-vous manqués. et puis des couples dont la présence de chair remplit le cadre, mais comme en une tentative désespérée de remplir l'abîme. retournement de la fonction photographique, habituellement convoquée dans le champ de l'intime pour témoigner de la présences des êtres, et qui semble témoigner ici de la proximité imminente de leur disparition ou de leur assomption. photographies de la pénombre ou de la lumière atténuée, ces images sont celles de lieux du quotidien empreints de sacré. baignoire vide, parking désert, couloir aveugle, lit défait, souvenirs et présages de sacrifices et de dévotions,qui semblent imprégner la matière et l'air silencieux. les gestes des corps nus, quand ils s'esquissent dans l'image, sont alternativement ceux du désir et ceux de la consolation, une consolation qui anticiperait sur les drames et les bonheurs à venir.

christian maccotta - les boutographies

 caroline juillard confronts portraits and places. places waiting to be occupied, bodies poised in a kind of absence. a question of 'rendez-vous manqués'. couples whose flesh fills the frame but who look as if they are desperately trying to fill a void. the function of photography, within the sphere of intimacy, is inverted : no longer expected to confirm physical presence, it is here more likely to announce imminent disappearance or incipient absence. bathed in semi-darkness or softened light, these images are those of everyday life imbued with a trace of the sacred : an empty bath, an unmade bed, a corridor, a deserted parking lot - all memories or presages of sacrifices and rituals impregnating physical matter and silent air alike.
the movements of naked bodies, when suggested by the image, could either be those of desire or solace, anticipating joys or tragedies to come.

christian maccotta - les boutographie9